La loi Urvoas sur le renseignement s’inscrit dans la dérive antidémocratique de la politique actuelle

liberté expression terrorisme

La presse rapporte les grandes lignes du projet de loi que Jean-Jacques Urvoas (PS), enseignant en droit, propose au gouvernement (PS) de faire adopter par la majorité (PS). Cette loi est le dernier avatar d’un phénomène politique, qui joue de la confusion et procède de l’emprise anormale des considérations économiques dans le champ juridique ; pour aboutir à un mépris du droit lui-même.

L’envahissement du droit par des considérations qui lui sont étrangères est la cause des régressions démocratiques. Cette logique trouve dans le “terrorisme” un prétexte pour imposer encore plus vite cette régression du droit, alors que la nature économique du “terrorisme” est occultée du débat et qu’elle permet des moyens efficaces pour le prévenir sans avoir à menacer les droits fondamentaux. La loi Urvoas fait régresser les droits fondamentaux sans que cela soit justifié. Elle témoigne d’une même inspiration et des mêmes effets que la la loi Macron, puisqu’elles emportent une atteinte à la démocratie, une régression que l’on retrouve au niveau européen dans l’accord transatlantique.

Les actes criminels qualifiés de “terroriste” participent à la promotion d’une politique régressive en matière de droits de l’Homme, comme la dette publique sert de prétexte à la régression des droits sociaux économiques et culturels, qui sont également des droits de l’Homme. Continuer la lecture

L’UNION SYNDICALE SOLIDAIRES ARRIVE AU MINISTERE DE LA DEFENSE

Notre première section syndicale a été créée récemment dans ce ministère, plus précisément sur le périmètre de la GSBdD* de ST DIZIER – CHAUMONT.

Néanmoins trop tardivement pour que SUD INTERIEUR puisse présenter des listes aux élections professionnelles du 4 décembre 2014.

LE SYNDICALISME, CE N’EST PAS QUE LES ELECTIONS Continuer la lecture

Les forces de l’ordre ne sont pas faites pour tuer ni brutaliser des manifestants

Le débat qu’ouvre la mort de Rémi Fraisse est forcément politique puisque l’origine de cette mort est politique. Elle a sa source dans un refus de débattre qui a le soutien du gouvernement (mais à quoi sert alors la politique si elle ne veut pas débattre ?).

SUD INTERIEUR doit le dénoncer parce que la police ou la gendarmerie ne sont pas et n’ont pas à être un instrument politique, c’est un service public, au service du public et non d’une telle politique qui méprise les gens.

C’est parce que la police, ou dans le cas présent, la gendarmerie, sont détournées de leur travail que Rémi Fraisse est mort.

La direction de la gendarmerie, mais aussi le préfet et le ministre en portent toute la responsabilité.

Il est en effet stupéfiant de pouvoir comprendre que la police ou la gendarmerie seraient incapables d’empêcher les « casseurs » d’agir alors qu’elles en tirent a posteriori prétexte pour utiliser des armes de guerre contre la population.

Ce qui s’est passé à Sivens n’est que la conséquence prévisible des abus constatés dans l’emploi des CRS et des gardes mobiles dans les manifestations de Nantes et de Paris. Continuer la lecture

Fusion de l’IGPN et de l’IGS : L’Etat de droit n’est pas et ne saurait être une abstraction !

L’Etat de droit n’est pas et ne saurait être une abstraction. Cette affirmation au sein de la police est une revendication de SUD intérieur.

SUD demande la suppression de l’IGPN et de l’IGS pour leur remplacement par une Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité (CNDS) structurée en sections (police, gendarmerie, pénitentiaire, CRA… ), que tout justiciable pourrait saisir (1). Le ministre de l’intérieur n’a jamais répondu aux demandes d’entretien et propose une fusion des services d’inspection qui pose encore plus la question de la crédibilité que de l’efficacité d’une telle réforme.

IGS_capture-BFMTV Continuer la lecture

Titularisation des précaires de la Fonction Publique : le gouvernement enterre la promesse de Nicolas Sarkozy

Communiqué

solidairesFonctionPublique.png

Une promesse de « titularisation » du Président de la République, qui passe par une promesse d’« amélioration des conditions d’emploi » (groupes de travail avec les organisations syndicales), pour aboutir à une « modernisation des conditions d’emploi ». Voilà comment le gouvernement essaye de noyer le poisson.

Continuer la lecture

Le Chiffre nuit au Service Public de la Sécurité !

Présentée par le Gouvernement et ses louangeurs médiatiques comme l’universelle panacée, la mécanique intelligemment construite pour raboter la Délinquance, la politique du Chiffre s’avère, en réalité, n’être qu’un leurre menant à l’érosion des libertés collectives, à l’accroissement de la souffrance au travail et, à terme…

… à l’affaiblissement du Service Public de la sécurité (dont l’objet, rappelons-le, est d’assurer la tranquillité de tous, la sauvegarde des droits de chacun sans servir prioritairement les intérêts de quelques-uns).

Continuer la lecture