Marche de la Colère : nous avons besoin d’une autre unité

Ce mercredi 2 octobre, Sud Intérieur, comme la CGT Police, ne manifestera pas aux côtés des autres organisations syndicales de la Police Nationale dans une marche de la colère contre les suicides et les agressions.

Il serait faux de croire que Sud Intérieur refuse l’unité mais l’unité ne peut se faire à n’importe quel prix. Si la démarche d’unité syndicale d’Alliance Police Nationale est louable, la participation aux réunions préparatoires à cette marche nous ont confirmé que le syndicalisme policier faisait fausse route.

Sud Intérieur souhaite clarifier sa position en revenant sur deux points fondamentaux.

Une démarche plus corporatiste qu’unitaire

Notre pays a connu depuis 2016 deux mouvements sociaux de grande ampleur : le mouvement contre la Loi Travail en 2016 et les Gilets Jaunes depuis l’automne 2018. Deux mouvements porteurs d’espoir qui n’ont malheureusement pas réussi à modifier le cap libéral et autoritaire du gouvernement, agitant la menace d’un ennemi intérieur et de la violence pour créer la désunion et la peur de l’engagement.

Aujourd’hui, une importante réforme des retraites doit avoir lieu, énième attaque contre un modèle social protecteur. Face à l’ampleur de l’offensive libérale, les luttes corporatistes sont illusoires. Un mouvement social interprofessionnel est nécessaire pour construire une société plus juste, plus égalitaire, plus démocratique.

Continuer la lecture

Suicides à France Télécom : suivez au quotidien ce procès historique

La police est régulièrement endeuillée par des collègues décidant de mettre fin à leurs jours. Cette souffrance multi-factorielle prend également naissance dans le monde du travail et touche au-delà de la seule police, non seulement l’ensemble du ministère de l’Intérieur et de la fonction publique, mais aussi l’ensemble de la société.

À ce titre, le procès Lombard sur les suicides à France Telecom sont particulièrement éclairant sur une souffrance au travail sciemment organisée sous couvert de management et de rentabilité.

Pour suivre le procès, nous vous proposons quelques liens :

http://la-petite-boite-a-outils.org/jour-1-proces-france-telecom-rendre-frileux-les-pdg/


https://proceslombard.fr/

https://www.bastamag.net/Le-proces-d-un-management-toxique-et-autoritaire-les-dirigeants-de-France


https://www.bastamag.net/France-Telecom-le-proces-sans-precedent-d-un-management-deshumanise-soumis-aux

Suicide des policiers : des mesurettes qui passent à côté de l’essentiel

Le mercredi 28 janvier dernier, le ministre de l’Intérieur a dévoilé son plan de lutte contre le suicide dans la police. Si les mesures annoncées ne sont pas dénuées d’intérêt, elles démontrent une nouvelle fois que le ministère passe à côté du sujet principal : lutter contre les causes et non les conséquences.

Embauche de quelques psychologues et médecins de prévention, casiers individuels pour l’arme de service, fonctionnaires référents… ces mesures ont le mérite de créer de l’emploi et d’apporter une solution à court terme. Mais peuvent-elles réellement lutter profondément contre le mal-être policier ? Il ne faut pas oublier que le suicide n’est qu’une des facettes de ce mal-être : déprimes, dépressions, burn-out. Les risques professionnels ne se résument pas au suicide et de nombreux fonctionnaires souffrent dans leur cadre professionnel.

On aurait pu espérer une prise de conscience de l’administration qui souhaite réfléchir également à l’amélioration des conditions de travail mais là dessus, les propositions sont floues. On évoque une réflexion sur les cycles de travail. Pourquoi pas, mais cela reste léger, très léger même. D’ailleurs, on peut douter qu’elle aille dans le bon sens quand le ministre invite les chefs de service à « mieux gérer les tensions qui peuvent exister dans un service et générer un mal être chez les fonctionnaires ». Continuer la lecture

Suicides dans la police : ça continue !

Largement moins médiatisés que la mort de Rémi FRAISSE, sur laquelle SUD Intérieur a déjà eu l’occasion de présenter son analyse (1), les suicides récurrents de policiers sont pourtant une sinistre réalité tenace depuis des années.

L’année 2014 ne déroge pas à la règle puisque 46 d’entre eux sont encore passés à l’acte cette année.

Diagramme suicide police

Pour SUD Intérieur, les réunions (auxquelles nous ne sommes jamais invitées) organisées par les pouvoirs publics ne sont qu’un « pis-aller » qui ne s’attaquent jamais aux causes réelles de cette situation.

Car, la commode antienne sur les risques spécifiques du métier de policier (notamment à cause du port d’une arme à feu) ou les problèmes « personnels » des « passeurs à l’acte » ne saurait servir d’explications.

La réalité est fort différente : ces actes dramatiques, à l’instar de ce qui se passe dans toutes les administrations ou les entreprises privées, sont liés à une activité professionnelle de plus en plus difficile générant par conséquent une détérioration de la santé des agents.

Tous ces suicides (ou tentatives) doivent donc être présumés comme imputables au service. Déjà parce que la jurisprudence a évolué dans ce sens. Continuer la lecture